Publié : 17 mai 2004

EIII - Proposition 47


La Joie naissant de ce que nous imaginons qu’une chose que nous haïssons est détruite, ou affectée d’un autre mal, ne naît pas sans quelque Tristesse de l’Âme.

DÉMONSTRATION

Cela est évident par la Proposition 27. Car, en tant que nous imaginons qu’une chose semblable à nous est affectée de Tristesse, nous sommes en quelque mesure contristés. [*]


Lætitia quæ ex eo oritur quod scilicet rem quam odimus destrui aut alio malo affici imaginamur, non oritur absque ulla animi tristitia.

DEMONSTRATIO :

Patet ex propositione 27 hujus. Nam quatenus rem nobis similem tristitia affici imaginamur eatenus contristamur.

Notes

[*(Saisset :) La joie qui provient de ce que nous imaginons que l’objet détesté est détruit ou altéré de quelque façon n’est jamais sans mélange de tristesse. Démonstration Cela est évident par la Propos. 27, car en tant que nous imaginons qu’un objet qui nous est semblable est dans la tristesse, nous sommes nous mêmes contristés.