EIV - Proposition 52

  • 21 juin 2004

Le Contentement de soi peut tirer son origine de la Raison, et seul ce contentement qui tire son origine de la Raison, est le plus grand possible.

DÉMONSTRATION

Le Contentement de soi est une Joie née de ce que l’homme considère sa propre puissance d’agir (Déf. des Aff. 25). Mais la vraie puissance d’agir de l’homme ou sa vertu est la Raison elle-même (Prop. 3, p. III) que l’homme considère clairement et distinctement (Prop. 40 et 43, p. III). Le Contentement de soi tire donc son origine de la Raison. De plus, tandis que l’homme se considère lui-même clairement et distinctement, c’est-à-dire adéquatement, il ne perçoit rien sinon ce qui suit de sa propre puissance d’agir (Déf. 2, p. III), c’est-à-dire de sa puissance de connaître (Prop. 3, p. III) ; de cette seule considération donc naît le Contentement le plus grand qu’il puisse y avoir. C.Q.F.D. [*]


Acquiescentia in se ipso ex ratione oriri potest et ea sola acquiescentia quæ ex ratione oritur, summa est quæ potest dari.

DEMONSTRATIO :

Acquiescentia in se ipso est lætitia orta ex eo quod homo se ipsum suamque agendi potentiam contemplatur (per 25 affectuum definitionem). At vera hominis agendi potentia seu virtus est ipsa ratio (per propositionem 3 partis III) quam homo clare et distincte contemplatur (per propositiones 40 et 43 partis II). Ergo acquiescentia in se ipso ex ratione oritur. Deinde nihil homo dum se ipsum contemplatur, clare et distincte sive adæquate percipit nisi ea quæ ex ipsius agendi potentia sequuntur (per definitionem 2 partis III) hoc est (per propositionem 3 partis III) quæ ex ipsius intelligendi potentia sequuntur adeoque ex sola hac contemplatione summa quæ dari potest acquiescentia oritur. Q.E.D.


[*(Saisset :) La paix intérieure peut provenir de la raison, et cette paix née de la raison est la plus haute où il nous soit donné d’atteindre. Démonstration La paix intérieure, c’est la joie qui naît pour l’homme de la contemplation de soi-même et de sa puissance d’agir (par la Déf. 25 des pass.). Or, la véritable puissance d’agir de l’homme ou sa vertu, c’est la raison elle-même (par la Propos. 3, part. 3) que l’homme contemple clairement et distinctement (par les Propos. 40 et 43, part. 2) ; d’où il suit que la paix intérieure naît de la raison. De plus, l’homme, quand il se contemple soi-même, ne perçoit d’une façon claire et distincte, c’est-à-dire adéquate, rien autre chose que ce qui suit de sa puissance d’agir (par la Déf. 2, part. 3), en d’autres termes (par la Propos. 3, part. 3), de sa puissance de comprendre : et par conséquent, le plus haut degré de la paix intérieure ne peut naître que de cette seule contemplation. C. Q. F. D.

Dans la même rubrique

EIV - Proposition 38

EII - Proposition 14.
EIV - Proposition 26 ; EIV - Proposition 27.
Ce qui dispose le Corps humain de façon qu’il puisse être affecté d’un (…)

EIV - Proposition 39

EII - Proposition 13 - (Lemme 3 - Définition) ; EII - Proposition 13 - (Postulat 3) ; EII - Proposition 13 - (Postulat 4) ; EII - Proposition 13 - (…)

EIV - Proposition 39 - scolie

Combien cela peut nuire à l’Âme ou lui être utile cela sera expliqué dans la Cinquième Partie. Il faut, toutefois, noter ici que la mort du Corps, (…)

EIV - Proposition 40

EIV - Proposition 26 ; EIV - Proposition 27 ; EIV - Proposition 35.
Ce qui conduit les hommes vers la Société commune c’est-à-dire fait qu’ils (…)

EIV - Proposition 41

EIII - Proposition 11 (et EIII - Proposition 11 - scolie).
EIV - Proposition 38.
La Joie n’est jamais mauvaise directement mais bonne ; la (…)

EIV - Proposition 42

EIII - Proposition 11 (et EIII - Proposition 11 - scolie).
EIV - Proposition 38 ; EIV - Proposition 39.
La Gaieté ne peut avoir d’excès mais (…)

EIV - Proposition 43

EIII - Proposition 11 - scolie.
EIV - Proposition 3 ; EIV - Proposition 5 ; EIV - Proposition 6 ; EIV - Proposition 38 ; EIV - Proposition 41. (…)

EIV - Proposition 44

EIII - Proposition 11 - scolie ; EIII - Proposition 37 ; EIII - Définitions des affects - 06.
EIV - Proposition 6 ; EIV - Proposition 43. (…)

EIV - Proposition 44 - scolie

La Gaieté, que j’ai dit être bonne, se conçoit plus facilement qu’on ne l’observe. Car les affections qui nous dominent chaque jour se rapportent (…)

EIV - Proposition 45

EIII - Proposition 39.
EIV - Proposition 37.
La Haine ne peut jamais être bonne. DÉMONSTRATION Nous nous efforçons de détruire l’homme que (…)

EIV - Proposition 45 - scolie

On observera que, dans cette proposition et les suivantes, j’entends par Haine seulement la Haine envers les hommes.
Nota me hic et in (…)

EIV - Proposition 45 - corollaire 1

EIII - Proposition 39.
EIV - Proposition 37.
L’Envie, la Raillerie, le Mépris, la Colère, la Vengeance et les autres affections qui se (…)

EIV - Proposition 45 - corollaire 2

EIII - Proposition 39.
EIV - Proposition 37 - scolie 1 ; EIV - Proposition 37 - scolie 2.
Tout ce que nous appétons par suite de ce que nous (…)

EIV - Proposition 45 - corollaire 2 - scolie

EIV - Proposition 41 ; EIV - Proposition 45 - corollaire 1.
Entre la Raillerie (que j’ai dit être mauvaise dans le Coroll. 1) et le rire, je (…)

EIV - Proposition 46

EIII - Proposition 43 ; EIII - Proposition 44 ; EIII - Proposition 59 - scolie.
EIV - Proposition 19 ; EIV - Proposition 37 ; EIV - Proposition (…)

EIV - Proposition 46 - scolie

Qui veut venger ses offenses par une Haine réciproque, vit assurément misérable. Qui, au contraire, cherche à combattre victorieusement la Haine (…)

EIV - Proposition 47

EIII - Définitions des affects - 12 ; EIII - Définitions des affects - 13.
EIV - Proposition 41 ; EIV - Proposition 43.
Les affections de (…)

EIV - Proposition 47 - scolie

A cela s’ajoute que ces affections indiquent un manque de connaissance et une impuissance de l’Âme ; pour cette cause aussi la Sécurité, le (…)

EIV - Proposition 48

EIII - Définitions des affects - 21 ; EIII - Définitions des affects - 22.
EIV - Proposition 26 ; EIV - Proposition 27.
Les affections de la (…)

EIV - Proposition 49

EIII - Proposition 25 ; EIII - Proposition 41 - scolie ; EIII - Définitions des affects - 28 ; EIII - Définitions des affects - 30.
La (…)

EIV - Proposition 50

EIII - Proposition 27 - corollaire 3 ; EIII - Définitions des affects - 18.
EIV - Proposition 27 ; EIV - Proposition 37 ; EIV - Proposition 41. (…)

EIV - Proposition 50 - corollaire

Il suit de là qu’un homme qui vit sous le commandement de la Raison, s’efforce autant qu’il peut de ne pas être touché de commisération.
Hinc (…)

EIV - Proposition 50 - scolie

EIII - Proposition 27.
Qui sait droitement que tout suit de la nécessité de la nature divine et arrive suivant les lois et règles éternelles (…)

EIV - Proposition 51

Démonstration : EIII - Proposition 3 ; EIII - Proposition 59 ; EIII - Définitions des affects - 19.
Autre Démonstration : EIII - Proposition 11 (…)

EIV - Proposition 51 - scolie

EIII - Définitions des affects - 20.
EIV - Proposition 45.
L’Indignation, telle qu’elle est définie par nous (Déf. 20 des Aff.) est (…)

EIV - Proposition 52 - scolie

EIII - Proposition 53 - corollaire ; EIII - Proposition 55 - corollaire.
EIV - Proposition 25.
Le Contentement de soi est en réalité l’objet (…)

EIV - Proposition 53

EIII - Proposition 7 ; EIII - Proposition 55 ; EIII - Définitions des affects - 26.
EIV - Proposition 26.
L’Humilité n’est pas une vertu, (…)

EIV - Proposition 54

EIII - Définitions des affects - 27.
Le Repentir n’est pas une vertu, c’est-à-dire qu’il ne tire pas son origine de la Raison ; mais celui qui (…)

EIV - Proposition 54 - scolie

Les hommes ne vivant guère sous le commandement de la Raison, ces deux affections, je veux dire l’Humilité et le Repentir, et en outre l’Espoir et (…)

EIV - Proposition 55

EIII - Définitions des affects - 28 ; EIII - Définitions des affects - 29.
Le plus haut degré d’Orgueil ou de Mésestime de soi est la plus (…)

EIV - Proposition 56

EII - Proposition 43.
EIV - Définition 8 ; EIV - Proposition 22 - corollaire ; EIV - Proposition 24 ; EIV - Proposition 55.
Le plus haut (…)

EIV - Proposition 56 - corollaire

Il suit de là très clairement que les orgueilleux et ceux qui se mésestiment sont très soumis aux affections.
Hinc clare sequitur superbos et (…)

EIV - Proposition 56 - scolie

EIV - Proposition 18.
La Mésestime de soi cependant peut se corriger plus facilement que l’Orgueil ; ce dernier en effet est une affection de (…)

EIV - Proposition 57

EIII - Proposition 13 - scolie ; EIII - Définitions des affects - 06 ; EIII - Définitions des affects - 28.
L’Orgueilleux aime la présence des (…)

EIV - Proposition 57 - scolie

EIII - Proposition 41 - scolie ; EIII - Proposition 55 - corollaire - scolie.
Il serait trop long d’énumérer ici tous les maux de l’Orgueil, (…)

EIV - Proposition 58

EIII - Définitions des affects - 30.
EIV - Proposition 37 - scolie 1.
La Gloire n’est pas opposée à la Raison, mais peut tirer d’elle son (…)

EIV - Proposition 58 - scolie

EIV - Proposition 44 - scolie ; EIV - Proposition 52 - scolie.
Ce qu’on appelle la vaine Gloire est un contentement de soi alimenté par la (…)