EIV - Proposition 60

  • 28 juin 2004

Un Désir, tirant son origine d’une Joie ou d’une Tristesse qui se rapporte à une seule des parties du Corps, ou à quelques-unes, mais non à toutes, n’a point égard à l’utilité de l’homme entier.

DÉMONSTRATION

Supposons, par exemple, qu’une partie A du Corps soit, par la force d’une cause extérieure, rendue plus forte à ce point qu’elle l’emporte sur les autres (Prop. 6). Cette partie ne s’efforcera point pour cela de perdre ses forces pour que les autres parties du Corps s’acquittent de leur office ; elle devrait en effet avoir la force ou la puissance de perdre ses forces, ce qui est absurde (Prop. 6, p. III). Cette partie s’efforcera donc, et conséquemment l’Âme aussi (Prop. 7 et 12, p. III) s’efforcera, de conserver cet état ; et par suite le Désir qui naît d’une telle affection de Joie, n’a pas égard au tout. Que si, au contraire, on suppose une partie A réduite de façon que les autres l’emportent sur elle, on démontre de la même manière que le Désir né de la Tristesse n’a pas non plus égard au tout. C.Q.F.D. [*]


Cupiditas quæ oritur ex lætitia vel tristitia quæ ad unam vel ad aliquot, non autem ad omnes corporis partes refertur, rationem utilitatis totius hominis non habet.

DEMONSTRATIO :

Ponatur exempli gratia corporis pars A vi alicujus causæ externæ ita corroborari ut reliquis prævaleat (per propositionem 6 hujus) ; hæc pars vires suas amittere propterea non conabitur ut reliquæ corporis partes suo fungantur officio. Deberet enim vim seu potentiam habere vires suas amittendi, quod (per propositionem 6 partis III) est absurdum. Conabitur itaque illa pars et consequenter (per propositiones 7 et 12 partis III) mens etiam illum statum conservare adeoque cupiditas quæ ex tali affectu lætitiæ oritur, rationem totius non habet. Quod si contra supponatur pars A coerceri ut reliquæ prævaleant, eodem modo demonstratur quod nec cupiditas quæ ex tristitia oritur, rationem totius habeat. Q.E.D.


[*(Saisset :) Le désir qui naît d’une impression de joie ou de tristesse relative a une ou plusieurs parties du corps et non à toutes ses parties, ne se rapporte point à l’utilité de l’homme tout entier. Démonstration Supposez, par exemple, que la partie A du corps soit fortifiée par l’action d’une cause étrangère au point de prévaloir sur les autres parties (par la Propos. 6) ; cette partie ne fera pas effort pour perdre ses forces, afin que les autres parties du corps s’acquittent de leurs fonctions. Car il faudrait lui attribuer pour cela la force ou la puissance de perdre ses forces, ce qui est absurde (par la Propos. 6, part. 3). Par conséquent, cette partie, et partant l’âme elle-même (par les Propos. 7 et 12, part. 3), s’efforcera de conserver l’état où elle se trouve. D’où il suit que le désir qui naît d’un tel sentiment de joie ne se rapporte point à l’homme tout entier. Que si on suppose, au contraire, que la partie A soit affaiblie de façon que les autres parties l’emportent sur elle, la même démonstration sert à prouver que le désir, qui proviendrait en ce cas d’un sentiment de tristesse ne se rapporte pas à l’homme tout entier. C. Q. F. D.

Dans la même rubrique

EIV - Proposition 59

Démonstration : EIII - Définition 2 ; EIII - Proposition 3 (et EIII - Proposition 3 - scolie) ; EIII - Définitions des affects - 01 ; EIII - (…)

EIV - Proposition 59 - scolie

J’expliquerai plus clairement ma pensée par un exemple. L’action de frapper, en tant qu’on la considère physiquement, ayant égard seulement à ce (…)

EIV - Proposition 60 - scolie

EIV - Proposition 9 - corollaire ; EIV - Proposition 44 - scolie.
Puis donc que le plus souvent (Scolie de la Prop. 44) la Joie se rapporte à (…)

EIV - Proposition 61

EIII - Définition 2 ; EIII - Proposition 3 ; EIII - Définitions des affects - 01.
Un Désir tirant son origine de la Raison ne peut avoir (…)

EIV - Proposition 62

EII - Définition 4 ; EII - Proposition 41 ; EII - Proposition 43 (et EII - Proposition 43 - scolie) ; EII - Proposition 44 - corollaire 2.
En (…)

EIV - Proposition 62 - scolie

EII - Proposition 31 ; EII - Proposition 44 - corollaire 1 - scolie.
EIV - Proposition 16.
Si nous pouvions avoir une connaissance adéquate (…)

EIV - Proposition 63

EIII - Proposition 3 ; EIII - Proposition 59 ; EIII - Définitions des affects - 13.
Qui est dirigé par la Crainte et fait ce qui est bon pour (…)

EIV - Proposition 63 - scolie

Les superstitieux qui savent flétrir les vices plutôt qu’enseigner les vertus, et qui, cherchant non à conduire les hommes par la Raison mais à (…)

EIV - Proposition 63 - corollaire

EIII - Proposition 59.
EIV - Proposition 8 ; EIV - Proposition 61.
Par un Désir tirant son origine de la Raison nous poursuivons le bien (…)

EIV - Proposition 63 - corollaire - scolie

Ce Corollaire s’explique par l’exemple du malade et du valide. Le malade absorbe ce qu’il a en aversion par peur de la mort ; le valide tire (…)

EIV - Proposition 64

EII - Proposition 29.
EIII - Définition 2 ; EIII - Proposition 3 ; EIII - Proposition 6 ; EIII - Proposition 7 ; EIII - Définitions des affects (…)

EIV - Proposition 64 - corollaire

Il suit de là que, si l’Âme humaine n’avait que des idées adéquates, elle ne formerait aucune notion de chose mauvaise.
Hinc sequitur quod si (…)

EIV - Proposition 65

EIV - Préface ; EIV - Proposition 63 - corollaire.
De deux biens nous rechercherons sous la conduite de la Raison le plus grand, et de deux (…)

EIV - Proposition 65 - corollaire

EIV - Proposition 63 - corollaire.
Nous rechercherons sous la conduite de la Raison un mal moindre pour un plus grand bien et renoncerons à un (…)

EIV - Proposition 66

EIV - Proposition 62 ; EIV - Proposition 65.
Nous préférerons sous la conduite de la Raison un bien plus grand futur à un moindre présent, et (…)

EIV - Proposition 66 - corollaire

EIV - Proposition 65 (et EIV - Proposition 65 - corollaire) ; EIV - Proposition 66.
Nous appéterons sous la conduite de la Raison un mal (…)

EIV - Proposition 66 - scolie

EIV - Proposition 1 à EIV - Proposition 18.
Rapprochant ce qui précède de ce que nous avons dit dans cette Partie jusqu’à la Proposition 18 au (…)