Traité politique, II, §17

  • 7 décembre 2004


Ce droit que définit la puissance du nombre [1], on a coutume de l’appeler pouvoir public [2], et celui-là possède absolument ce pouvoir, qui, par la volonté générale [3], a le soin de la chose publique, c’est-à-dire le soin d’établir, d’interpréter, et d’abroger les lois, de défendre les villes, de décider de la guerre et de la paix, etc. Si ce soin appartient à une assemblée composée de toute la masse [4], le pouvoir public est appelé démocratie. Si l’Assemblée se compose de quelques personnes choisies, on a l’aristocratie, et si enfin le soin de la chose publique et conséquemment le pouvoir appartient à un seul, alors c’est ce qu’on appelle monarchie [5].


Traduction Saisset :

Ce droit, qui est défini par la puissance de la multitude ; on a coutume de l’appeler l’État. Et celui-là est en pleine possession de ce droit qui, du consentement commun, prend soin de la chose publique, c’est-à-dire établit les lois, les interprète et les abolit, fortifie les villes, décide de la guerre et de la paix, etc. Que si tout cela se fait par une assemblée sortie de la masse du peuple, l’État s’appelle démocratie ; si c’est par quelques hommes choisis, l’État s’appelle aristocratie ; par un seul enfin, monarchie.


Hoc ius, quod multitudinis potentia definitur, imperium appellari solet. Atque hoc is absolute tenet, qui curam reipublicae ex communi consensu habet, nempe iura statuendi, interpretandi et abolendi, urbes muniendi, de bello et pace decernendi, etc. Quod si haec cura ad concilium pertineat, quod ex communi multitudine componitur, tum imperium democratia appellatur, si autem ex quibusdam tantum selectis, aristocratia, et si denique reipublicae cura et consequenter imperium penes unum sit, tum monarchia appellatur.


[1La puissance du nombre. Ramond et Bove : « la puissance de la multitude ; Zac : « le pouvoir de la multitude » ; Francès : « la puissance de la masse ».

[2pouvoir public. Ramond, Bove et Zac : « souveraineté », Francès : « autorité politique [souveraine] ».

[3Volonté générale. Ramond : « commun accord », Bove et Zac : « consentement commun », Francès : « accord général ».

[4Masse. Ramond, Bove, Zac : « multitude », Francès : « masse ».

[5Voyez sur ce point Hobbes, De Cive (Traité du citoyen), chapitre VII, §1

Dans la même rubrique

Traité politique, II, §01

Nous avons traité dans notre Traité Théologico-Politique du droit naturel et du droit civil, et dans notre Éthique nous avons expliqué ce qu’est (…)

Traité politique, II, §02

Toute chose naturelle peut être conçue adéquatement, qu’elle existe ou n’existe pas. Toutefois le principe en vertu duquel les choses naturelles (…)

Traité politique, II, §03

Sachant donc que la puissance par laquelle existent et agissent les êtres de la nature est la puissance même de Dieu, nous connaissons facilement (…)

Traité politique, II, §04

Par droit de nature, donc, j’entends les lois mêmes ou règles de la Nature suivant lesquelles tout arrive, c’est-à-dire la puissance même de la (…)

Traité politique, II, §05

Si donc la nature humaine était disposée de telle sorte que les hommes vécussent suivant les seules prescriptions de la raison, et si tout leur (…)

Traité politique, II, §06

La plupart cependant croient que les insensés troublent l’ordre de la nature plutôt qu’ils ne le suivent, et la plupart aussi conçoivent les (…)

Traité politique, II, §07

Personne ne peut nier que l’homme, comme les autres individus, s’efforce à conserver son être. Si l’on pouvait concevoir quelques différences, (…)

Traité politique, II, §08

Nous concluons donc qu’il n’est pas au pouvoir de chaque homme d’user toujours de la raison et de se maintenir au faîte de la liberté humaine ; et (…)

Traité politique, II, §09

Il suit encore de ce qui précède, que chacun est dans la dépendance d’un autre aussi longtemps qu’il est soumis au pouvoir de cet autre, et qu’il (…)

Traité politique, II, §10

Celui-là tient un autre en son pouvoir, qui le tient enchaîné, ou à qui il a pris toutes ses armes, tout moyen de se défendre et d’échapper, ou à (…)

Traité politique, II, §11

La faculté de juger peut être soumise à la volonté d’un autre dans la mesure où l’âme peut être trompée par cet autre ; d’où suit que l’âme (…)

Traité politique, II, §12

L’engagement pris en parole envers quelqu’un de faire ou au contraire de ne pas faire telle ou telle chose quand on a le pouvoir d’agir (…)

Traité politique, II, §13

Si deux personnes s’accordent entre elles et unissent leurs forces, elles auront plus de pouvoir ensemble et conséquemment un droit supérieur sur (…)

Traité politique, II, §14

En tant que les hommes sont en proie à la colère, à l’envie, ou à quelque sentiment de haine, ils sont entraînés à l’opposé les uns des autres et (…)

Traité politique, II, §15

Comme (suivant le § 9 de ce chapitre) à l’état naturel chacun est son propre maître aussi longtemps qu’il peut se garder de façon à ne pas subir (…)

Traité politique, II, §16

Quand des hommes ont des droits communs et que tous sont conduits comme par une seule pensée, il est certain (par le § 13 de ce chapitre) que (…)

Traité politique, II, §18

On voit clairement par ce que nous venons de montrer dans ce chapitre, que dans l’état de nature il n’y a point de péché, ou bien, si quelqu’un (…)

Traité politique, II, §19

Le péché donc ne peut se concevoir que dans un État, c’est-à-dire s’il a été décidé en vertu du droit de commander qui appartient à la communauté (…)

Traité politique, II, §20

Nous avons coutume cependant d’appeler aussi péché ce qui se fait contrairement à l’injonction de la saine raison, et obéissance une volonté (…)

Traité politique, II, §21

Toutefois comme la raison enseigne à pratiquer la moralité, à vivre dans la tranquillité et la paix intérieure, ce qui n’est possible que s’il y a (…)

Traité politique, II, §22

Pour ce qui touche à la religion, il est certain que l’homme est d’autant plus libre et d’autant plus d’accord avec lui-même, qu’il aime Dieu (…)

Traité politique, II, §23

De même donc que le péché et l’obéissance (au sens strict) ne peuvent se concevoir que dans un État, de même la justice et l’injustice. Il n’y a (…)

Traité politique, II, §24

Quant à la louange et au blâme, nous l’avons expliqué dans notre Éthique, ce sont des sentiments de joie ou de tristesse qu’accompagne comme cause (…)