EI - Proposition 31 - scolie

  • 3 avril 2004

La raison pour laquelle je parle ici d’un entendement en acte n’est pas que j’accorde l’existence d’aucun entendement en puissance ; mais, désirant éviter toute confusion, je n’ai voulu parler que de la chose la plus clairement perçue par nous, à savoir l’action même de connaître, qui est ce que nous percevons le plus clairement. Car nous ne pouvons rien connaître qui ne conduise à une connaissance plus grande de l’action de connaître. [*]


Ratio cur hic loquar de intellectu actu non est quia concedo ullum dari intellectum potentia sed quia omnem confusionem vitare cupio, nolui loqui nisi de re nobis quam clarissime percepta, de ipsa scilicet intellectione qua nihil nobis clarius percipitur. Nihil enim intelligere possumus quod ad perfectiorem intellectionis cognitionem non conducat.


[*(Saisset) : Si je parle ici d’entendement en acte, ce n’est pas que j’accorde qu’il y ait aucun entendement en puissance ; mais désirant éviter toute confusion, je n’ai voulu parler que de la chose la plus claire qui se puisse percevoir, je veux dire l’acte même d’entendre, l’intellection. Nous ne pouvons en effet rien entendre qui ne nous donne de l’acte d’entendre, de l’intellection, une connaissance plus parfaite.

Dans la même rubrique

EI - Proposition 30

EI - Axiome 6 ; EI - Proposition 14 - corollaire 1 ; EI - Proposition 15.
Un entendement, actuellement fini ou actuellement infini, doit (…)

EI - Proposition 31

EI - Définition 5 ; EI - Définition 6 ; EI - Proposition 15 ; EI - Proposition 29 - scolie.
L’entendement en acte, qu’il soit fini ou infini, (…)

EI - Proposition 32

EI - Définition 7 ; EI - Proposition 23 ; EI - Proposition 28.
La volonté ne peut être appelée cause libre, mais seulement cause nécessaire. (…)

EI - Proposition 32 - corollaire 1

EI - Proposition 32
Il suit de là 1° que Dieu ne produit pas ses effets par la liberté de la volonté. [*]
EI - Proposition 32 - corollaire 2 (…)

EI - Proposition 32 - corollaire 2

EI - Proposition 29.
Il suit : 2° que la volonté et l’entendement soutiennent avec la nature de Dieu la même relation que le mouvement et le (…)