"Régler sa vie more geometrico : Spinoza ", par Jacqueline Lagrée

  • 23 septembre 2015

Spinoza, on le sait, a écrit une Éthique et non pas une philosophie , une
métaphysique ou une théologie. Le centre de ce livre, les parties III & IV, portent sur l’analyse des affects et cette servitude en quoi consiste l’impuissance humaine à les gouverner (moderare et coercere). Spinoza veut y expliciter la puissance de la raison sur les affects, en quoi consiste la liberté de l’âme ou béatitude. Il l’a écrite more geometrico, ce qui est fort singulier. On doit donc se demander : pourquoi ?

lire la suite :

Dans la même rubrique

... « Vivre ici. Spinoza, éthique locale » de David Rabouin

Avec Pierre Cassou-Noguès, David Rabouin, Pascal Sévérac, Lorenzo Vinciguerra et Pierre Zaoui.
Une émission

"Ce n’est pas le Désir qui, pour Spinoza, est source de servitude, c’est la passion", par Robert Misrahi

Spinoza organise toute son oeuvre et sa pensée autour de la félicité. L’« Ethique » n’est pas seulement une ontologie moniste qui identifie (…)

« ‘L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort’ : la sagesse comme méditation de la vie chez Spinoza »

SOURCE :
https://www.academia.edu/13811713/_L_homme_libre_ne_pense_%C3%A0_rien_moins_qu_%C3%A0_la_mort_la_sagesse_comme_m%C3%A9ditation_de_la_vie_ch