EIII - Définition 1

  • 29 avril 2004

J’appelle cause adéquate celle dont on peut percevoir l’effet clairement et distinctement par elle-même ; j’appelle cause inadéquate ou partielle celle dont on ne peut connaître l’effet par elle seule. [*]


Causam adæquatam appello eam cujus effectus potest clare et distincte per eandem percipi. Inadæquatam autem seu partialem illam voco cujus effectus per ipsam solam intelligi nequit.


[*(Saisset :) J’appelle cause adéquate celle dont l’effet peut être clairement et distinctement expliqué par elle seule, et cause inadéquate ou partielle celle dont l’effet ne peut par elle seule être conçu.

Dans la même rubrique

EIII - Préface

Ceux qui ont écrit sur les Affections et la conduite de la vie humaine semblent, pour la plupart, traiter non de choses naturelles qui suivent les (…)

EIII - Définition 2

EIII - Définition 1.
Je dis que nous sommes actifs, quand, en nous ou hors de nous, quelque chose se fait dont nous sommes la cause adéquate, (…)

EIII - Définition 3

J’entends par Affections les affections du Corps par lesquelles la puissance d’agir de ce Corps est accrue ou diminuée, secondée ou réduite, et en (…)

EIII - Postulat 1

EII - Proposition 13 - (Lemme 5) ; EII - Proposition 13 - (Lemme 7) ; EII - Proposition 13 - (Postulat 1).
Le corps humain peut être affecté (…)

EIII - Postulat 2

EII - Proposition 13 - (Postulat 5) ; EII - Proposition 17 - scolie.
Le Corps humain peut éprouver un grand nombre de modifications et retenir (…)